architecture-coloniale-a-la-une

L’architecture coloniale

Dès 1819, Louis Gros introduit les premiers éléments de l’architecture coloniale : toiture à quatre pans couverte de bardeaux, étages, colonnes et arcades, galerie couverte, ou varangue. Ce style influence les palais royaux et les demeures des notables avant de se banaliser avec l’utilisation de la brique et de la pierre (1868). Il gagne les édifices cultuels, puis les bâtiments publics à partir de 1896, année où l’île devient colonie française.
L’architecture de « type côtes » conserve la toiture à quatre pans et de profondes vérandas, pour des raisons climatiques. Celle des Hautes Terres subit diverses influences et les matériaux utilisés lui font perdre l’aspect arachnéen du style colonial « originel ».

Une Rigueur toute Fonctionnelle : le bâtiment administratif de l’armée à Mahajanga

Avec sa profonde véranda périphérique et ses combles qui lui assurent une bonne isolation thermique, ce bâtiment est le prototype de l’architecture coloniale côtière. Ses fines colonnes en fonte et l’effet de dentelle de la rambarde et des consoles allègent les proportions du bâtiment

Recherche de l’Exotisme : L’hôtel de la Marine d’Antsiranana

L’hôtel de la Marine d’Antsiranana fut construit au début du XXè siècle dans le style néomauresque.

Il répondait parfaitement aux exigences de confort climatique : grâce au patio et au coursives intérieures, il y régnait une exquise fraîcheur.

Le choix du Modèle Classique : L’École de médecine d’Antananarivo

L’Ecole de médecine d’Antananarivo fut longtemps la seule de l’île et l’unique filière d’enseignement supérieur ouverte aux plus démunis. Le style néoclassique, référence à l’antique, magnifie sa fonction : dispenser le savoir hérité d’Hypocrate.

architecture-coloniale1g

L’Hôtel de Termes, Antsirabe

Une Architecture de Villégiature : l’Hôtel des Thermes Antsirabe
L’hôtel thermal d’Antsirabe adapte le style des villégiatures européennes à l’architecture coloniale (débords de toiture, vérandas etc). Les colonnes du rez-de-chaussée soulignent la parfaite symétrie de la composition, la répétions des éléments architecturaux et leurs proportions réussies font oublier la longueur exceptionnelle du bâtiment. 

Magnificence du Génie Civil
L’architecture des gares, qui glorifie le travail d’aménagement du territoire effectué par l’administration coloniale (ponts tunnels, routes, voies ferrées) en est la principale expression.

Un Éclectisme Pompeux
Les gares imitent le palais italien ou le château français (frontons, arcatures, fenêtre géminées…), telle celle d’Antananarivo. La gare d’Antsirabe mêle à ces éléments des emprunts orientalistes.

architecture-coloniale2g

L’Église Saint-Joseph, Antananarivo

Le Charme Discret des Maisons de Négociants
L’alignement de ces maisons de ville forme une rue couverte. le rez–de-chaussée est occupé par des locaux commerciaux dont les arcades protègent les passants et soutiennent une large véranda (plus de 2m), lieu de détente ou de réception prolongeant les appartements.

La Maison de Planteur : Confort et Ostentation

Imposante, elle marque l’autorité et la puissance de ses propriétaires. Les hauteurs sous plafond et la varangue qui protège la façade en retrait répondent à des exigences de confort climatique imposées par la chaleur et humidité.

Une Architecture religieuse figée

Les Eglises chrétiennes ont leurs modèles architecturaux sans les adapter. Il en résulte une collection de styles allant du néo-roman au moderne. La façade baroque de Saint-Joseph d’Antananarivo s’inspire de celle de Saint-Sulpice, à Paris.

Éléments Architectoniques Européens

Utilisés dans les constructions particulières, ils se sont bien intégrés à l’architecture traditionnelle.
Frontons auvents arcades consoles chapiteaux fûts et embases de colonnes rivalisent d’élégance.




There are no comments

Add yours