habitat-vegetal-a-la-une

Habitat – une architecture végétale

Un modèle principal d’habitation s’est diffusé dans tout Madagascar, reproduisant à l’infini le plan, les dimensions ou l’orientation traditionnels. Le ravinala règne en maître sur la côte est tandis qu’une architecture de terre très uniforme s’est récemment développée dans les régions centrales.

Les immenses savanes peu peuplées de l’Ouest et du Sud et le domaine encore très isolé de la forêt de montagne se caractérisent par l’utilisation d’une grande variété de matériaux.

maison-en-paille1gPalme et Torchis de l’Ouest

L’Ouest sakalava, jadis peu peuplé, possède de nos jours une population très hétérogène.

Les migrants ont peu à peu imposé un modèle d’habitation à véranda périphérique, couverte de palmes aux murs le plus souvent en torchis ( boue mélangées à de la paille et projetée sur un treillage de bambou, de nervures de palmes ).

Raphia du Nord

Dans le Nord, les pétioles et les nervures de raphia « bao » – sans les palmes – servent à confectionner des panneaux pour le plancher, les parois, la couverture et les portes d’une maison sur pilotis identique à celle de la façade orientale de l’île.

Jonc et Roseau du Sud-Ouest

maison-zafimaniry1gDans la région de Toliara ( Tuléar ), les pêcheurs vezo et les agriculteurs masikoro utilisent surtout le vondro, sorte de jonc très léger, qui est ligaturé sur des roseaux.

Aloès et Sisal du Sud-Ouest

Les Mahafaly vivent en général dans de petites maisons à charpente sommaire. Les parois sont faites d’un enchevêtrement de hampes d’aloès ou de sisal dont les interstices sont colmatés par de la bouse de zébu.

Planches du Grand Sud

Si l’habitation antandroy évolue, l’archétype architectural reste une maison basse, carrée, à pièce unique et à trois portes, avec un pignon nord en façade, des murs et un toit de planches de fantsiholitra ( Alluaudia procera ) dit raotse quand il est débité à la hachette. L’assemblage de l’ossature est entièrement réalisé par des tenons et des mortaises et par encastrement dans des planches rainurées. Les jeunes filles décorent les murs de fines nattes multicolores.

Bambou du Pays Tanala ( Est )
Maison en coco

Maison faite de cocotiers

Pour le plancher, les plus gros bambous sont refendus, débarrassées de leurs nœuds, écrasés puis séchés avant d’être posés sur les solives. Les parois sont des panneaux très légers de planchettes entrecroisées. La couverture est faite d’une superposition de couches de bambous écrasés, pliés à la faîtière et fixés à mi-pente par une éclisse.

Les Villages Zafimaniry ( Centre-Est )

L’architecture en bois de leurs villages perchés perpétue une tradition tombée en désuétude sur les Hautes Terres.

Bois du Pays Zafimaniry

Les maisons sont assez grandes, à pilier central et pièce unique, tout en bois : charpente aux assemblages complexes, couverte de bambou écrasé, avec une succession verticale de madriers et de planches encastrées pour les murs, et des portes et volets finement gravés.




There are no comments

Add yours