transport-a-la-une

Les Moyens de Transport

L’avion

«Il existe un pays dans le monde, dont les habitants prennent l’avion avec autant de naturel que les Parisiens empruntent le train ou l’autocar de banlieue. Ce pays n’est pas l’Amérique, et ces voyageurs ne boivent pas de whisky à 3000 mètres d’altitude. Nous sommes à Madagascar.»

Cette affirmation date de 1948. Bien que plus tout à fait vraie, elle n’est pas non plus tout à fait fausse.
AIR MADAGASCAR exploite un des réseaux intérieurs les plus denses du monde, les grandes lignes partant d’Antananarivo en étoile et se ramifiant vers les localités de moindre importance.
De nombreuses sociétés privées offrent un service de vols à la demande, pratiques pour les survols de sites, les programmations hors contraintes d’horaires, et les évacuations sanitaires.

Le train

Train en cheminUne île en quatre ligne.
C’était à la belle époque des chemins de fer malgaches, les lignes en question reliant Antananarivo à Tamatave, Moramanga au Lac Alaotra, Antananarivo à Antsirabe, et Fianarantsoa à Manakara.
Un réseau à voie métrique de seulement 859 km construit de 1896 à 1936, mais très souvent à grand spectacle!
Aujourd’hui les services sont irréguliers, certaines ligne nécessitant une réhabilitation à grande échelle.

Le Fianarantsoa-Manakara a été rouvert après une longue léthargie.
Le jour où cette ligne recouvra son animation d’antan, le tourisme en sera un des principaux bénéficiaires avec ses 163 km de voie serpentant dans la forêt tropicale parfois à flan de falaise, ses 56 tunnels creusés mains et sa bonne quarantaine d’ouvrages d’art.

Les croisières

Sur la Côte Ouest, le Jean-Pierre Calloch relie régulièrement Majunga et Nosy Be avec un départ de Majunga le mercredi après-midi et un départ de Nosy Be le samedi après-midi. La traversée dure 20 heures dans les meilleures conditions de confort et de sécurité. Une autre approche de l’île aux Parfums.
Les organisations les plus importantes de croisières et excursions en mer sont concentrées à Nosy Be. Location de voiliers et de catamarans, excursions inter-îles, croisières sportive ou de luxe, combinés croisières – bivouac – plongée…

Croisières de Madagascar

Autres localités intéressantes et cours d’eau : Diego Suarez (croisière sur Nosy Be), Sainte Marie (voiliers), Morondava (excursions à Belo sur Mer), Tuléar (exploration de la côte Vezo), Maroantsetra (pirogues et kayak), Fort Dauphin (remontée de canaux, bivouac), La tsiribihina, le Manambolo (découverte), et le Canal des Pangalanes sur la Côte Est, voie d’eau naturelle (fleuves, rivières, lacs) navigables sur 428 km. Les Pangalanes longent l’Océan Indien et défilent dans une végétation tropicale exceptionnelle.

Des plages de sable fin bordent les lacs et permettent la baignade en eau douce en toute sécurité. De très nombreuses sociétés ainsi que des individuels travaillent dans la location de voitures (minibus, 4×4, voitures légères) ainsi que de deux roues.

C’est le moyen le plus pratique pour découvrir le pays à son propre rythme, une information préalable sur l’état des itinéraires envisagés étant néanmoins indispensable.

Le taxi-brousse

Taxi Brousse de l'Est

Le Taxi BrousseLe moyen le plus économique. Le taxi-brousse, transport «paysan» à l’origine, est complètement entré dans les mœurs par la suite grâce à une modernisation notable du matériel roulant.

Des touristes désireux de mieux s’imprégner du Madagascar profond s’essayent volontiers à ce mode de transport pittoresque et à dimension humaine.

Les transports urbains

Une ville comme Antananarivo a connu un véritable boum dans son parc automobile, et les embouteillages y font désormais partie du paysage urbain.
Les quartiers et faubourgs sont desservis par un réseau dense de mini-bus, auxquels s’ajoutent les taxis dont la course est sujette à marchandage.

Le Pousse Pousse

Les Pousse Pousse de MadagascarDans les villes côtières comme Tamatave, Majunga, Tuléar, ainsi qu’à Antsirabe la note d’exotisme est donnée par les pousse-pousses. Très bien entretenus et confortables avec leurs sièges rembourrés, décapotables à souhait, ils sont à leur aise dans un relief plat et une circulation encore fluide.

Dans la capitale par contre, les pousse-pousses font partie des antiquités et se sont reconvertis au transport tout cargo ! Ils ne finiront pas d’étonner par leur résistance insoupçonnée et la charge incroyable qu’ils peuvent emporter.




There are no comments

Add yours