pirogue-a-la-une

La pêche en mer à Madagascar

Si seuls les Vezo ont de tout temps vécu de la pêche et pour la mer, la plupart des populations du littoral malgache pratiquent une pêche de subsistance, à pied ou en pirogue, le long des côtes.

La pêche artisanale éprouve encore quelques hésitations dans son développement, mais la libération de l’économie et le développement des exportations ont favorisé l’expansion du secteur halieutique, notamment de la pêche à la crevette depuis les années 1980.

Côte Est / Côte Ouest

Les méthodes des pêches sont très différentes d’une côte à l’autre. Le littoral oriental connaît une mer forte, soumise aux aléas cycloniques de décembre à mai tandis que la côte ouest jouit de conditions plus clémentes et plus favorables à la pêche à bord d’embarcations légères.

La Pêche à pied

Pratiquée sur les barrières coralliennes des récifs frangeants ou des lagons pour capturer poulpes, crabes et petits poissons, cette pêche est très dévastatrice pour le milieu.

A Nosy Boraha (Sainte-Marie), les calmars sont pêchés du bord, surtout par les enfants, dans les courants de marée provoqués par les digues qui jouxtent l’îlot Madame, à l’aide de turluttes manufacturées ou fabriquées sur place.

La Pêche Traditionnelle

Elle se pratique à pied ou dans divers types d’embarcations non motorisées, utilisant ligne, harpon, filet maillant, palangrottes, casier et tulle moustiquaire.

La Pêche Artisanale

Au chalut, à la palangre ou au filet maillant, elle s’effectue à bord de petites embarcations équipées de moteurs hors-bord de moins de 50 CV.

La Pirogue

C’est l’embarcation de pêche traditionnelle. Les systèmes de propulsion sont la pagaie et la voile – voile carrée de types cinghalais sur la côte occidentale, voile latine dans le Nord-Ouest. Les pirogues n’ont pas de gouvernail, la pagaie le remplace quand on navigue à la voile. La pirogue à balancier est presque exclusivement utilisée sur les côtes ouest et nord-ouest, la pirogue simple sur toute la côte orientale et uniquement en milieu estuarien sur la côte ouest.

Requin et Holothurie

Ces pêches très rémunératrices et destinées au marché asiatique représentent une menace majeure pour l’environnement côtier.

Langouste

Dans la région de Taolañaro (Fort-Dauphin), cinq espèces sont pêchées traditionnellement à l’aide de casiers en forme de V immergés à l’étal de basse mer sur des fonds de 20 m. Les moules récoltées sur les rochers servent d’appâts. Cette pêche est interdite de janvier à avril pour permettre la reconstitution des stocks.

Conservation du Poisson

Les pêcheurs traditionnels utilisent rarement la glace pour conserver le poisson. Mais la longueur des délais de transport – liée au mauvais état des voies de communication – leur impose de le traiter par fumage dans les régions humides où le bois est abondant, comme en baie d’Antongil ou par salage-fumage.

La Pêche Industrielle

Elle concerne surtout le thon et la crevette. Ce secteur dédié à l’exportation est le domaine exclusif des étrangers (thoniers senneurs, palangriers et, dans une moindre mesure, crevettiers) Au chalut, à la palangre ou au filet maillant, elle s’effectue à bord de petites embarcations équipées de moteurs hors-bord de moins de 50 CV.




There are no comments

Add yours